Boîte à notes relookée :



niveau de difficulté : débutant en serviettage





Dans ce pas à pas, vous allez découvrir comment rajeunir une boîte en carton un peu passée, en la redécorant. La base de la décoration se fait en peinture acrylique, comme souvent en serviettage, mais elle est ensuite patinée pour lui donner un aspect plus ancien. 

Et n’oublions pas un des aspects important, cette boîte bien utile, va se reremplir de petites feuilles de notes qui ne coûtent absolument rien, puisqu’elles sont à 100 % récupérées et recyclées.
 
Ma boîte à notes avant sont relookage : (comme vous pouvez le constater, elle n’est absolument pas abîmée physiquement, mais par contre, les couleurs sont passées, et de plus, le décor ne s’accorde absolument pas avec le style de ma cuisine, donc, il fallait faire quelque chose ...)
 


 




LE MATÉRIEL À RASSEMBLER :
 



Voici la liste du matériel nécessaire pour cette réalisation, dans l’ordre d’utilisation :
 

- la boîte à notes,
- un cutter,
- du papier de verre à grain très fin ou du gesso,
- du journal,
- un pinceau à poils souples,
- de la peinture acrylique de la couleur choisie,
- un pot de yaourt en verre,
- un chiffon ou un morceau de sopalin,
- une serviette en papier avec un joli motif,
- une paire de ciseaux,
- du vernis colle,
- une planche à découper de cuisine en bois,
- les 2 flacons du produit à craqueler,
- de la patine cuivrée,
- de l’huile à patiner,
- des dos d’enveloppes,
- une règle et un crayon.

Les deux flacons de produits à craqueler, les craquelures sont révélées par la patine, ce n'est pas la couche de peinture acrylique qui craquelle :
 





PRÉPARATION DU SUPPORT :
 



Première chose à faire, supprimer le morceau de papier qui permettait de placer un crayon de papier pour écrire, d’une part parce qu’il est un peu déchiré, et d’autre part, parce que j’ai peur du résultat que cela risquerait de donner avec la peinture ... donc prudence !
Un simple coup de cutter suffit.

Le dessus de la boîte étant en papier plastifié, afin d’assurer la tenue de la peinture, deux solutions s’offrent à moi :
- soit je passe une sous-couche d’accroche, le gesso, qui sert aussi dans ce cas de couche de peinture blanche de base,
- soit je prends un morceau de papier de verre à grains fins, et je raie la surface afin que la peinture puisse accrocher.

Personnellement, j’ai opté pour la seconde solution (je n’ai jamais pris la peine d’acheter du gesso, et surtout, je n’en ai jamais eu 

l’utilité, le papier de verre m’ayant toujours grandement dépanné, et étant surtout nettement moins onéreux).



 
 
LA PEINTURE ACRYLIQUE :

 


Avant de commencer quoique ce soit en peinture, on protège sa surface de travail avec un papier journal. Ensuite, on prépare son matériel :
- peinture,
- pinceau,
- et pot de yaourt en verre,
- sans oublier un morceau de chiffon ou de sopalin.
 
Petit rappel en cas d’accident : le solvant de la peinture acrylique sèche est l’alcool à brûler ou à 90°.
 
La peinture acrylique utilisée pour la première couche doit être assez épaisse. Le but de cette couche est de masquer le décor préexistant.
 
Si la peinture est trop épaisse, il est possible de la détendre un peu simplement en trempant la pinceau dans l’eau avant de le tremper dans la peinture. Et dans le cas où la peinture ne serait pas homogène, il suffit de bien la laisser sécher 24 heures, et de passer un petit coup de papier de verre à grain très fin, pour retirer tous les petits grains de peinture. Il faudra faire bien attention pour les couches suivantes à avoir une peinture adéquate. 
 
Dernière petite chose, inutile d’espérer peindre une telle boîte en une seule fois, on peint partie par partie et on laisse sécher au moins 30 minutes entre deux parties peintes, histoire de ne pas s’enduire tous les doigts de peinture. Il faut compter au moins 2 couches de peinture. La première peut être blanche, même si la seconde couche est colorée.
 
Pour colorer ma peinture blanche, que j’achète en grande contenance, j’utilise de la peinture acrylique contenue dans de petits tubes. Habituellement ce genre de peinture sert aux artistes à peindre des toiles. Je réalise le mélange dans un pot à yaourt en verre.

 


LE COLLAGE DE LA SERVIETTE :
 



Il faut attendre au moins 24 heures pour que la peinture acrylique soit sèche à coeur avant de coller la serviette en papier. Si ce ne sont pas de petits motifs en serviette qui sont à coller, mais un grand morceau de serviette qui recouvre tout le dessus de la boîte, il faut prédécouper la serviette à la bonne taille, en comptant 1 cm de plus par côté.

 
Pourquoi ne pas couper juste à la taille, me direz vous ?
Tout simplement, parce qu’il est très difficile de coller sa serviette juste comme il faut sur le dos articulé d’une boîte.
On colle la serviette de manière conventionnelle, à l’aide du vernis colle et du pinceau souple, en faisant attention à faire le moins de plis possibles. Si on colle un très grand morceau de serviette, on fait très attention à ne pas rabattre et coller les débords de serviette.
 
On laisse sécher 24 heures, et à l’aide du cutter, et en se plaçant sur la planche à découper en bois, serviettage contre la planche, on coupe les débords de serviette. Il faut bien évidemment faire attention de ne pas abîmer la peinture. Pour les personnes qui ne se sentent pas de faire ce découpage au cutter, il est possible d’utiliser une paire de ciseaux, mais ce sera souvent, moins régulier. On passe ensuite une seconde couche de vernis colle, et on laisse sécher 2 heures avant de passer à l’étape suivante.


 


L’EFFET CRAQUELÉ- PATINÉ :
 



Le dessus de la boîte à notes après patinage :
 


On passe la première couche de produit pour réaliser un craquelé à l’ancienne, et on laisse sécher 30 minutes, avant d’appliquer une seconde couche généreuse du second produit (plus la couche est épaisse, plus les zones entre les craquelures seront grandes).
Et on laisse sécher 12 heures. Les craquelures apparaîtront légèrement visibles à l’oeil nu, mais seront nettement visible après passage de la patine. Pour cela, on pose un tout petit peu de patine, et une ou deux gouttes d’huile à patiner, et on étale au doigt.
 
Il ne faut pas hésiter à rajouter de l’huile à patiner, pour étaler la patine, car ce n’est par parce qu’il y aura une couche épaisse de patine que le résultat sera meilleur, bien au contraire.
Quand toute la surface nécessaire est enduite de patine, on prend un morceau de sopalin ou de chiffon, et on frotte comme si on cirait des chaussures. Inutile d’espérer que la couleur de fond redevienne aussi claire qu’avant l’application de la patine, car cette dernière a pour but de faire apparaître les fissures, mais aussi de vieillir le support. On laisse sécher au moins 24 heures avant de manipuler l'objet.
 
Personnellement, je n'ai pas vernis par dessus la patine, car le vernis n'aime guère le film huileux qui reste sur le support après le passage de la patine. Mais si vous voulez vraiment vernir, laissez bien sécher durant 7 jours, puis utilisez une bombe de vernis en bombe classique.
 
L’intérieur de ma boîte à notes avec son craquelé révélé par la patine :
 





LES FEUILLES QUI VONT DANS LA BOÎTE :
 




J’ai pris la précaution de conserver précieusement la dernière feuille qui était initialement dans la boîte. Je pose cette feuille sur le morceau de carton, je pose par dessus une règle, ajustée sur le bord de la feuille et je trace le contour avec le crayon. Mon but est de faire un gabarit pour pouvoir découper plus rapidement et facilement mes futures feuilles. Le découpage du carton se fait à l’aide de la règle et du cutter, à 1 mm à l’intérieur des traits préalablement tracés, afin d’être sûr que les feuilles rentreront dans la boîte. Le découpage se fait sur la planche à découper en bois.
 
 
Pour les feuilles de notes, je récupère les dos des enveloppes du courrier que je reçois (de préférence des enveloppes de format A5). Je pose le gabarit en carton sur un des dos d’enveloppes, je trace, et ensuite, je peux découper à l’aide des ciseaux 3 épaisseurs en même temps. Mieux, si vous avez accès à un massicot, ça va encore plus vite, et c’est encore plus régulier.
 
J’ai aussi conservé les bulletins de vote des dernières élections en guise de feuilles pour garnir ma boîte. Je garde mon gabarit au fond de ma boîte à notes, et le crayon de papier par dessus les feuilles.
 
La totalité du dos de ma boîte à notes après son relookage :
 







5 votes. Moyenne 3.60 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×